Quelles sont les formations pour devenir géomètre ?

Couramment aperçu au bord des routes et muni de son théodolite, le géomètre est aujourd’hui considéré comme le premier maillon de la chaîne des différents métiers du BTP. Se spécialisant dans le domaine de l’environnement et de l’urbanisme, il dispose d’une vision globale et détaillée de l’occupation technique et juridique du sol. Voici un aperçu des formations à suivre pour accéder au métier.

 

« Géomètre » : un seul nom pour plusieurs métiers

Contrairement à ce que l’on pense, derrière le terme générique « géomètre » se cache plusieurs métiers. À titre d’exemple, l’assistant géomètre ou opérateur géomètre se charge de prendre les mesures ainsi que les relevés importants sur le terrain, que ce soit pour une habitation, une route, un champ ou un plan d’eau. À noter toutefois que ce type de fonction tend à disparaître, pour céder sa place au technicien géomètre. Également connu sous l’appellation de géomètre topographe, celui-ci a pour mission de traduire sous forme de plans ou de cartes sur ordinateur les informations qu’il a relevées lui-même sur le terrain ou qui ont été fournies par un assistant géomètre, et ce, sous la supervision d’un géomètre-expert. En tant qu’expert de la mesure de terrain, le géomètre-expert est également en mesure de fournir des conseils juridiques dans le cadre d’un projet de construction.

 

Le Bac Pro technicien géomètre topographe

Le Bac Pro technicien géomètre-topographe est la première marche à franchir pour accéder aux divers métiers de géomètre. Se déroulant sur une période de trois ans après la troisième, la formation prépare les élèves à des postes d’assistants ou opérateurs géomètres, en les initiant entre autres à la manipulation d’un tachéomètre en vue de relever des données topographiques à transférer sur un ordinateur. Un traitement numérique permettra par la suite de créer un plan en 3D. Bien évidemment, des rubriques techniques, scientifiques, technologiques ainsi qu’un enseignement général seront au programme.

Depuis la rentrée 2019, l’accès au Bac Pro technicien géomètre-topographe se fait en 2nde professionnelle métiers des études et de la modélisation numérique du bâtiment.
Pour les élèves en apprentissage, il est inutile de passer par une 2nde pro famille de métiers (en 2020, il existe 9 familles de métiers).
Pour les élèves titulaires de certains CAP du même secteur, la formation s’étend sur deux ans.

À l’issue de la formation, le diplômé peut parfaitement être considéré comme un professionnel qui exerce ses activités dans les domaines de la topographie, du foncier, de l’immobilier ou de l’urbanisme en tant qu’arpenteur, opérateur géomètre-topographe, assistant géomètre, technicien géomètre ou photogrammètre-topographe.

 

Le BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique

Après avoir décroché le diplôme de Bac Pro technicien géomètre-topographe, un élève qui souhaite poursuivre ses études s’orientera vers une formation en vue d’obtenir un BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique, c’est-à-dire l’ancien BTS géomètre-topographe.
Accessible en alternance, la formation est ouverte à tout titulaire d’un baccalauréat général, d’un bac STI2D et bien évidemment d’un Bac Pro technicien géomètre-topographe.

Conçu pour une insertion professionnelle rapide, le BTS prépare les élèves au métier de technicien géomètre-topographe qui exercera son activité dans un cabinet de géomètres experts, dans des entreprises de topographie, de travaux publics et de bâtiment, ainsi que dans les départements techniques des administrations et collectivités. Ils effectueront entre autres les relevés de terrain, l’implantation d’ouvrage ainsi que le traçage d’un plan topographique. Ils secondent également les géomètres-experts dans le recueil ainsi que le classement des informations dans le cadre d’une expertise foncière, pour une étude de l’environnement ou pour la conception de divers documents comme les plans ou les relevés topographiques. L’initiation au Business information modeling fait aussi partie de la formation.

En ce qui concerne la suite des études, le titulaire du BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique a plusieurs options, à savoir une licence professionnelle, l’entrée dans une école d’ingénieur ou un master.

 

Les licences professionnelles, un complément du BTS

D’une durée d’1 an, la licence professionnelle de niveau Bac + 3 vise une insertion professionnelle. Elle oriente le titulaire d’un BTS métiers du géomètre-topographe et de la modélisation numérique vers une spécialisation dans des métiers bien précis ou dans un but d’améliorer ses compétences.
Elle forme ainsi des cadres intermédiaires grâce à des compétences plus pointues en topographie, en SIG, en géolocalisation, en géomatique et/ou en cartographie, sans oublier le domaine des réseaux routiers et des VDR. La formation permet donc d’accéder aux métiers d’assistant géomètre topographe pour un cabinet de géomètres experts, de topographe en entreprise ou en bureau d’études de BTP, ou de géomaticien-topographe au sein des services techniques des collectivités territoriales.
Les diplômes reçus dépendront ainsi de la licence professionnelle. Voici quelques licences pro des secteurs génie civil, urbanisme et aménagement accessibles après le BTS :
– licence professionnelle Travaux Publics,
– licence professionnelle aménagement du territoire et urbanisme,
– licence professionnelle cartographie, topographie et systèmes d’information géographique,
– licence professionnelle Topographie, voirie et réseaux divers.

 

L’école d’ingénieurs pour géomètre

Il est tout à fait possible de se former aux métiers de géomètre en intégrant une école d’ingénieurs pendant 3 ans. Un Bac S ou STI2D option Génie civil ainsi qu’un Bac Pro technicien géomètre-topographe est toutefois requis pour accéder aux différentes formations. Il est également possible de se mettre à niveau en suivant deux ans de classe préparatoire scientifique.
L’ingénieur géomètre remplit plusieurs missions. Il effectuera entre autres les tâches liées à la topographie, comme les mesures de terrain en vue de connaître le nivellement d’une parcelle ou les limites foncières, les travaux d’ordre foncier comme la division et le partage de parcelles, de la cartographie ou de l’infographie.
Plusieurs établissements proposent aujourd’hui des diplômes d’ingénieur géomètre :

  • ESTP (École supérieure des travaux publics de Paris)
  • ESGT (École supérieure des géomètres et topographes du Mans)
  • INSA (Institut national des sciences appliquées de Strasbourg)

Plusieurs stages sont effectués, dont un à l’étranger.

 

Quid du géomètre-expert ?

Le géomètre-expert est un expert juridique. Il détermine entre autres la surface, le bornage ou la valeur d’un bien immobilier ou d’un terrain. Il est souvent sollicité dans le cadre d’un litige ou d’une vente. Dans le privé, le géomètre-expert exerce son activité de manière indépendante ou en tant que salarié dans un cabinet de géomètres ou d’architecture, ou dans toute entreprise spécialisée dans le BTP. En revanche, dans le public, il sera employé dans une collectivité territoriale, dans les Directions départementales de l’équipement, à l’Institut national géographique ou dans des institutions spécifiques qui ont besoin de ses compétences comme la SNCF.

Plusieurs possibilités permettent aujourd’hui d’accéder à la profession de géomètre-expert :

Si l’élève dispose d’un niveau Bac + 5 avec un diplôme délivré par une école spécialisée comme l’ESGT, l’ESTP ou l’INSA, il sera immédiatement amené à suivre un stage de 2 ans et une formation OGE (Ordre des Géomètres Experts). Pour le cas d’un Master universitaire en urbanisme, en paysage, en architecture, en géomatique ou en topographie, d’une licence avec 5 années de pratique professionnelle, d’un BTS suivi de 6 ans de pratique professionnelle, d’un Bac + 2 avec 8 années de pratique professionnelle, d’un diplôme de technicien qui s’accompagne de 15 années de pratique professionnelle, un stage de 2 ans, une formation OGE ainsi qu’une formation supplémentaire en écoles seront prévus en vue de préparer le mémoire DPLG. Par ailleurs, pour le cas d’un diplôme européen, il est essentiel de compléter un Bac + 3 suivi de l’exercice d’une profession réglementée dans le pays d’origine avec un stage d’adaptation ou une épreuve d’aptitude.

Dans tous les cas, l’inscription à l’Ordre des Géomètres Experts est indispensable pour exercer le métier de géomètre-expert.

A propos

KELGEO

117 route de Fauch
81000 ALBI
contact@geometre.fr